< Dioxyde de soufre - SO2 Ammoniac -NH3 >

Thématique associée : acidification, eutrophisation, pollution photochimique, effet de serre

Période d'observation des émissions : depuis 1960

Source des données : CITEPA / Format SECTEN - avril 2017

 

Origine du polluant

Les oxydes d'azote (communément définis comme NOx = NO + NO2) proviennent, comme le SO2, essentiellement de la combustion des combustibles fossiles et de quelques procédés industriels (production d'acide nitrique, fabrication d'engrais, traitement de surfaces, etc.). Ils sont principalement formés dans les chambres de combustion et ont trois origines (mécanismes décrits sous forme simplifiée) :

    • origine thermique

N2 (air) + O2 → 2 NO lorsque la température excède 1400°C

    • origine combustible

R-NH2 (azote combiné du combustible) + O2 → NO + ... si N combiné dans le combustible

    • NO prompt

N2 + CH →HCN + N puis NO après différentes étapes même à plus basse température

Le NO se transforme en présence d'oxygène en NO2 (de 0,5 à 10%) dans le foyer. Cette réaction se poursuit lentement dans l'atmosphère et explique, dans le cas des villes à forte circulation, la couleur brunâtre des couches d'air pollué situées à quelques centaines de mètres d'altitude (action conjointe des poussières). Les NOx interviennent également dans la formation des oxydants photochimiques (ozone troposphérique) et par effet indirect dans l'accroissement de l'effet de serre.

Les principaux émetteurs de NOx sont le transport routier (d'où une politique de réduction au moyen de pots catalytiques par exemple) et les grandes installations de combustion. Volcans, orages, feux de forêts contribuent aussi aux émissions de NOx.

 

Effet du polluant

Le NO2 est toxique (40 fois plus que CO, 4 fois plus que NO). Il pénètre profondément dans les poumons. Les pics de concentrations sont plus nocifs qu'une même dose sur une longue période. Le NO est un gaz irritant pour les bronches, il réduit le pouvoir oxygénateur du sang.
Les oxydes d'azote (NOx) participent à l'acidification de l'air, donc des pluies (via la formation d'acide nitrique). Ce sont également des précurseurs d'ozone, également néfaste pour l'environnement et la santé.

 

Classement des sous-secteurs* les plus émetteurs en 2015

Classement Sous-secteur Part du sous-secteur dans les émissions nationales de la France métropolitaine
1 Voitures particulières diesel 24%
2 Poids lourds diesel (y.c. bus et cars) 18%
3 Véhicules utilitaires légers diesel 12%
4 Autres sources de l’agriculture (installations de combustion et engins mobiles non routiers) 7,9%
5 Résidentiel 7,0%

* : un secteur (au nombre de six au total : transformation de l'énergie, industrie manufacturière, résidentiel/tertiaire, agriculture/sylviculture, transport routier ou autres transports) est désagrégé en différents sous-secteurs.

 

Emissions du polluant et ses évolutions

Minimum observé: 835 kt en 2015
Maximum observé: 2 045 kt en 1979
Emissions en 2015 : 835 kt
Evolution 2015/1980 : -58,8%
Evolution 2015/1990 : -57,1%
Evolution 2015/maximum : -59,1%
Evolution 2015/minimum : 0%

Unité utilisée : kt (kilotonne)
Source CITEPA / Format SECTEN – Avril 2017
 

Graph NOx 17

Graph Legende sans UTCFv2

 Source CITEPA / Format SECTEN – Avril 2017

Tab NOx 17

(*) Relativement aux périmètres de la CEE - NU / NEC - les émissions répertoriées hors total national sont les suivantes : les émissions maritimes internationales, les émissions de la phase croisière (≥ 1000 m) des trafics aériens domestique et international, ainsi que les émissions des sources biotiques de l'agriculture et des forêts et les émissions des sources non-anthropiques.
(e) estimation préliminaire

Analyse

Depuis 1967, le principal secteur émetteur de NOx est celui du transport routier. Les émissions qui y sont associées sont en baisse... (pour lire la suite consulter le rapport SECTEN via votre identifiant et mot de passe).

 

Source des données: CITEPA / Format SECTEN - avril 2017