CITEPA

Contact
 image
Retour aux données

Carbone Suie (format Secten)

Evolution des émissions de BC de 1990 à 2017 pour la France métropolitaine (en kt)

Télécharger les données par gaz, par secteur et sous-secteur, et le rapport Secten comprenant les analyses détaillées

Tendance générale

Le niveau actuel des émissions de carbone suie, en France métropolitaine, est le plus faible observé depuis 1990. Les émissions de ce polluant sont induites par tous les secteurs, mais principalement par les suivants :

  • le transport routier, dû en grande majorité à la combustion de diesel,
  • le résidentiel/tertiaire, dont la principale source est la combustion de bois,
  • l’agriculture/sylviculture, du fait notamment de la combustion de résidus de récolte et de la combustion de carburants dans les engins mobiles non routiers.

Les autres secteurs, que sont l’industrie manufacturière, la transformation d’énergie, les autres transports et le traitement des déchets, sont tous émetteurs de carbone suie mais dans de moindres mesures. Les principaux sous-secteurs responsables de ces émissions sont la construction, la métallurgie de métaux ferreux et l’industrie papier/carton.

La répartition des émissions entre les différents secteurs a peu évolué depuis 1990, en dehors de la part du secteur de la transformation d’énergie qui a nettement diminué. Le secteur du transport routier représente toujours à lui seul la moitié des émissions de carbone suie.

Néanmoins, les émissions totales de carbone suie suivent la tendance historique de diminution et ont presque été réduites d’un facteur 3 depuis 1990, grâce notamment aux efforts faits dans tous les secteurs.

Évolution récente

Au cours des dernières années, les émissions globales de carbone suie subissent une baisse continue, principalement due aux fortes réductions d’émissions dans les secteurs du transport routier et de l’agriculture/sylviculture.

En effet, en ce qui concerne le secteur du transport routier, les émissions sont en constante régression, en partie due aux mesures mises en place pour la combustion de carburants lors de l’échappement des vapeurs des carburants brûlés. En revanche, les émissions de carbone suie liées à l’usure de la route, des pneus et des freins, stagnent, voire augmentent légèrement. Pour le secteur de l’agriculture/sylviculture, les réductions d’émissions se font notamment grâce aux valeurs limites d’émissions instaurées pour les engins mobiles non routiers, tandis que les émissions liées à la combustion des résidus de récolte sont en légère baisse.

Lors des années récentes, les émissions de carbone suie du secteur résidentiel/tertiaire sont plutôt fluctuantes, avec même des légères hausses entre 2011 et 2013, puis entre 2014 et 2016, avant de repartir à chaque fois à la baisse. Ceci peut s’expliquer par la variation du climat et durant les années 2011, 2014 et 2015, le climat très doux a entrainé une baisse nette de la consommation énergétique du résidentiel/tertiaire, contrairement à 2012 et 2013, plus froides, qui montrent un regain des émissions.

Les émissions récentes d’autres secteurs comme l’industrie manufacturière, la transformation d’énergie et le traitement des déchets sont tous en baisse, malgré des évolutions plus lentes à cause de marges de réduction de plus en plus faibles. Le carbone suie a gagné beaucoup d’attention lors des dernières années, principalement à cause de son impact sur la santé humaine et également pour son rôle dans le réchauffement climatique dû à son potentiel d’absorption des rayons UV.

Par conséquent, une continuité dans les réductions des émissions de carbone suie est attendue dans les prochaines années. Pour y parvenir, il faudra compter sur les différentes mesures existantes visant les particules totales en suspension comme, par exemple, les arrêtés sur les installations de combustion et les normes visant les engins mobiles routiers (Euro) et non routiers (Stage), et sur des mesures supplémentaires. Le carbone suie étant le résultat de la combustion incomplète de matières carbonées, l’amélioration des rendements des procédés de combustion et les technologies de réduction existantes comme les filtres devraient également contribuer à réduire ces émissions.

Retour aux données