CITEPA

Contact
 image
Retour aux données

Cadmium (format Secten)

Evolution des émissions de Cd de 1990 à 2017 pour la France métropolitaine (en t)

Télécharger les données par gaz, par secteur et sous-secteur, et le rapport Secten comprenant les analyses détaillées

Tendance générale

Les émissions de cadmium ont baissé de 85% entre 1990 et 2017. La baisse des émissions sur la période 1990-2017 s’observe dans tous les secteurs. Elle s’explique par les progrès réalisés dans les secteurs industriels, en particulier la sidérurgie et la métallurgie des métaux non ferreux, et dans le traitement des fumées des usines d’incinération. La baisse la plus importante des émissions a eu lieu entre 2000 et 2005 (-58%).

Tous les secteurs contribuent aux émissions de cadmium (Cd) mais l’industrie manufacturière est prédominante.

Les principales sources d’émission en 2017, sont :

  • la combustion des combustibles minéraux solides, du fioul lourd mais également de la biomasse,
  • l’incinération (ordures ménagères avec récupération d’énergie et incinération des boues),
  • la sidérurgie,
  • la métallurgie des métaux non ferreux,
  • la production de minéraux non-métalliques et de matériaux de construction,
  • la combustion des autres combustibles et d’une partie des huiles moteur, ainsi que l’abrasion des pneus et freins pour le secteur routier.

Évolution récente

Plus récemment, entre 2008 et 2009, le secteur de l’industrie manufacturière a connu une forte réduction de ses émissions du fait :

  • d’une meilleure gestion du minerai de fer (contenant moins de métaux lourds) pour fabriquer l’aggloméré dans le procédé sidérurgique,
  • de la mise en place de dépoussiéreurs en 2009 sur plusieurs fours du secteur verrier (verre creux),
  • et enfin, de la crise économique, qui a entrainé un ralentissement de l’activité.

Depuis, les émissions de cadmium, dominées par le secteur de l’industrie manufacturière, sont restées relativement stables.

Le Plan national santé environnement pour la période 2015- 2019 (PNSE 3) fait de la prévention aux risques liés à l’exposition aux métaux lourds tels que le cadmium une de ses priorités. Il est en effet souligné que le cadmium, métal lourd ubiquitaire, présente de grands enjeux. L’exposition prolongée au cadmium par voie orale induit des atteintes rénales, une fragilité osseuse, des troubles de la reproduction, ainsi qu’un risque accru de cancer ayant donné lieu à un classement comme « cancérogène 27 pour l’homme » (groupe 1) par le CIRC et dans la catégorie 1B (cancérogène chez l’animal) par l’Union Européenne.

Retour aux données