CITEPA

Contact
 image
Retour aux données

Chrome (format Secten)

Evolution des émissions de Cr de 1990 à 2017 pour la France métropolitaine (en t)

Télécharger les données par gaz, par secteur et sous-secteur, et le rapport Secten comprenant les analyses détaillées

Tendance générale

Tous les secteurs contribuent aux émissions de chrome, mais majoritairement l’industrie manufacturière.

Les émissions de Cr ont pour principale origine les traces de ce métal dans les combustibles (combustibles minéraux solides, fioul lourd, biomasse et carburant) émises lors de la combustion. Pour le transport routier, en plus de la combustion des carburants, les émissions proviennent, d’une part, de la combustion d’une partie des huiles moteur dans tous les types de véhicules et, d’autre part, de l’abrasion des pneus et des freins.

Dans le secteur de l’industrie manufacturière, les émissions sont issues principalement du sous-secteur de la production des métaux ferreux, en particulier des aciéries électriques et des fonderies de fonte, et du sous-secteur des minéraux non métalliques et matériaux de construction, en particulier du fait de certaines installations de production de verre.

La forte baisse observée dans ce secteur depuis 1990 s’explique principalement par la mise en place dans les aciéries électriques, de dépoussiéreurs plus efficaces et plus nombreux.

Dans le secteur du résidentiel/tertiaire, la forte diminution des émissions est induite par le renouvellement du parc des installations individuelles fonctionnant au bois par des équipements plus performants.

Globalement, les émissions de chrome ont été divisées environ par 20 entre 1990 et 2017.

Évolution récente

Depuis 2002, les émissions de chrome sont inférieures à 50 t/an. Les niveaux des émissions de chrome (Cr) depuis 2014 sont les plus bas observés sur l’ensemble de la période (1990- 2017), de l’ordre de 20 t/an.

Retour aux données