CITEPA

Contact
 image
Retour aux données

Polychlorobiphényls (format Secten)

Evolution des émissions de PCB de 1990 à 2017 pour la France métropolitaine (en kg)

Télécharger les données par gaz, par secteur et sous-secteur, et le rapport Secten comprenant les analyses détaillées

Tendance générale

De nos jours, en France, les émissions atmosphériques de PCB (Polychlorobiphényles) sont principalement dues soit à la formation accidentelle de PCB dans les divers procédés de combustion, soit à l’élimination de produits ou matériaux contenant des PCB.

Trois secteurs contribuent principalement aux émissions de PCB en 2017, à savoir, par ordre de prédominance, l’industrie manufacturière (plus de 50%), le résidentiel/tertiaire (environ 30%) et la transformation d’énergie (plus de 15%). Les autres secteurs ont une contribution faible (< 5%). En 1990 le secteur du traitement centralisé des déchets était prédominant avec près de 40% des émissions totales de PCB.

Entre 1990 et 2017, les émissions ont diminué d’un facteur 4. Cette baisse est observée sur l’ensemble des principaux secteurs émetteurs mais elle est la plus marquée dans le secteur du traitement centralisé des déchets, puis celles des secteurs de la transformation d’énergie et de l’industrie manufacturière.

Dans le secteur du traitement centralisé des déchets, la baisse importante des émissions entre 1990 et 2017 (>98%) est imputable, d’une part, aux installations de traitement des déchets industriels dangereux et non dangereux (mise en conformité avec l’arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux déchets dangereux) et, d’autre part, à l’incinération de déchets hospitaliers, à la suite de la baisse des quantités incinérées (mise en conformité de ces installations avec l’arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux déchets non dangereux).

Dans le secteur de la transformation d’énergie, la principale source d’émission est la production d’électricité. Depuis 1990, les émissions de ce secteur ont baissé de plus d’un facteur 4 suite, en particulier, à la mise en place de traitements des effluents atmosphériques sur les installations d’incinération avec récupération d’énergie, afin de respecter les nouvelles valeurs limites en PCDD-F définies dans l’arrêté du 20 septembre 2002 (directive européenne 2000/76/CE), qui impactent également les émissions de PCB.

Concernant le secteur de l’industrie manufacturière, les émissions proviennent essentiellement de la métallurgie des métaux ferreux en 2017 et du secteur de la chimie en 1990. La baisse d’un facteur 2 des émissions du secteur est principalement liée à la décroissance très importante des émissions du secteur de la chimie (plus de 95 %), dans lequel sont rapportées les émissions de l’incinération in-situ des déchets industriels dangereux. Concernant la métallurgie, la baisse des émissions sur la période 1990-2017 est plus modérée (environ 20%). Les émissions les plus importantes de ce sous-secteur sont observées entre 1997 et 2004, alors que les émissions les plus faibles sont observées à partir de la crise de 2009.

Pour le secteur résidentiel/tertiaire, les émissions proviennent principalement du résidentiel et la baisse des émissions entre 1990 et 2017 fait suite à une réduction de la consommation de charbon.

Évolution récente

Dans les années récentes, les faibles émissions constatées en 2011 sont liées au secteur de la transformation d’énergie et plus particulièrement de la production d’électricité du fait de la faible consommation de charbon car 2011 est une année au climat très doux. De même, la forte baisse constatée en 2014 et les faibles niveaux d’émissions depuis lors sont principalement liés au passage au gaz naturel ou à l’arrêt de plusieurs sites de production centralisés d’électricité.

Retour aux données