Dans le cadre de l’amélioration constante des méthodologies d’inventaire d’émission de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques, mais aussi dans une volonté de renforcer l’expertise de ses ingénieurs, le CITEPA est en lien régulier avec la communauté académique et avec leurs travaux.

Parmi ses adhérents, le CITEPA compte ainsi plusieurs laboratoires de recherche et organismes en lien avec la recherche : ADEME, APPA, ATEE, CEA (Saclay), INERIS, Laboratoire Central de la Préfecture de Police de Paris, LAET (Laboratoire Aménagement Economie Transports), RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologique).

Certains sujets, particulièrement innovants, nécessitent du temps de recherche et développement :

  • la compréhension des facteurs explicatifs des évolutions d’émission
  • la création ou l’utilisation de modèles (par exemple des modèles sectoriels)
  • le recours aux données massives [big data]
  • la confrontation des approches ascendantes [bottom-up] et descendantes [top-down], notamment l’approche satellite et l’approche inventaire
  • le lien entre concentration mesurée et émission estimée,
  • les flux de carbone liés à l’occupation du sol, les sols et la biomasse, le puits de carbone
  • les projections et la définition de scénarios prospectifs

 

Co-financement de thèses

Le CITEPA peut co-financer des projets de thèse de doctorat sur des sujets en lien avec les émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques.

 

Offre de thèse CIFRE CITEPA/LICIT : Approche Big Data pour l’estimation de la mobilité à l’échelle urbaine et l’évaluation des émissions de polluants.

Le Citepa et le Laboratoire Ingénierie Circulation Transports (LICIT) de l’Ifsttar proposent d’accueillir une thèse (bourse CIFRE) sur un sujet innovant : l’utilisation conjointe de données sur les politiques et mesures, des données de mobilité anonymes des usagers de téléphones mobiles et des émissions atmosphériques liées à la mobilité urbaine. Cette thèse s’inscrit dans le cadre du projet de Green City Big Data mené par le CITEPA. L’objectif de ce projet est de développer un outil qui évalue ex ante et ex post les politiques et les mesures de transport urbain qui affectent la mobilité des citadins, et de guider la décision publique au regard des émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l’air, de façon économique et réactive.

Télécharger l’offre complète et les contacts de la thèse

Lien vers le site de l'offre complète

Lien vers la page de recrutement du CITEPA

 

Thèse de Géographie de Colas Robert (2016)

Colas Robert, géographe, a travaillé sur le secteur UTCATF [utilisation des terres, changements d’affectation des terres et foresterie]. Parmi les secteurs inventoriés par le CITEPA, l’UTCATF est particulier puisqu’il génère à la fois des émissions [sources] et des absorptions [puits] de gaz à effet de serre. A ce titre, le rôle de la biomasse forestière est majeur et bien connu. En revanche, le rôle des changements d’occupation des terres [urbanisation, boisement, etc.] et leurs effets, notamment sur les stocks de carbone dans le sol, restent assortis de fortes incertitudes. En premier lieu, la quantification des surfaces annuelles de changement d’occupation des terres pose de nombreux problèmes : résolution spatiale, temporelle, thématique... Il s’agissait ainsi de mener une réflexion méthodologique sur l’estimation de ces changements et sur les meilleures données disponibles pour quantifier ces dynamiques en France métropolitaine.

Les différents jeux de données disponibles pour suivre l’évolution de l’occupation des terres en France présentent des résultats a priori incohérents et incomparables, et aucun d’entre eux ne répond directement à l’enjeu de suivre les flux de carbone. Or, le choix des données est crucial pour bien suivre ces flux : par exemple, les résultats différeront si elles distinguent, ou non, les parcs urbains des sols artificialisés. L’analyse des limites des données a permis de distinguer les sources les plus pertinentes pour l’inventaire. Un recensement des grandes dynamiques à l’œuvre et de leurs échelles, ainsi qu’un travail sur les stocks de carbone dans le sol sont venus appuyer ces analyses. La thèse propose une transition de la situation actuelle, où un seul jeu de données est utilisé [l’enquête TerUti], avec des traitements correctifs complexes ; vers un protocole permettant de modéliser ces changements avec une approche multisource et cartographique. Le travail est poursuivi pour contribuer au test et à la mise en place de ce modèle en 2017.

Télécharger le mémoire de la thèse (PDF, 19 Mo).

Télécharger le résumé pour décideurs (à paraître)