CITEPA

Contact
 image

L’OMS appelle à renforcer l’action pour réduire les impacts sanitaires de la pollution

  • Réf. : 2015_07_a6
  • Publié le: 1 juillet 2015
  • Date de mise à jour: 11 juin 2019
  • International

Le 26 mai 2015, l’Assemblée Mondiale de la Santé (WHA), [organe décisionnel suprême de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)] a adopté une résolution sur la pollution de l’air proposée par les délégations de 14 pays membres, dont la France, l’Allemagne et les Etats-Unis. C’est la première fois que la WHA débat du sujet de la pollution de l’air.

La résolution exhorte les pays membres de l’OMS :

  • à renforcer leurs efforts pour prévenir, ou à défaut, à réduire les impacts sanitaires de la pollution de l’air, notamment en intégrant les questions de santé dans toutes les politiques de lutte contre la pollution de l’air aux niveaux national, régional et local;
  • à faciliter la recherche pour améliorer les connaissances scientifiques et identifier des solutions durables à mettre en œuvre;
  • à améliorer la collecte et le traitement des données sur les impacts sanitaires de la pollution de l’air;
  • à renforcer les liens entre la surveillance de la mortalité/morbidité des maladies liées à la pollution de l’air et les réseaux de surveillance de la qualité de l’air;
  • à favoriser l’échange de bonnes pratiques et d’informations entre les différents secteurs concernés.

La résolution demande également au Directeur-Général de la WHA de renforcer les capacités de l’OMS afin :

  • d’apporter un soutien aux pays membres dans la mise en œuvre des lignes directrices de l’OMS sur la qualité de l’air (mise à jour mondiale 2005) [valeurs guides pour les concentrations de PM10, de PM2,5, d’ozone, de NO2 et de SO2];
  • de renforcer la collaboration avec les instances internationales, régionales et nationales dans la collecte et l’analyse des données de qualité de l’air;
  • d’aider les pays membres à accroître la sensibilisation du grand public et d’autres acteurs clés;
  • de fournir des conseils et outils de soutien aux autorités sanitaires à tous les niveaux administratifs, en prenant en compte les différentes sources d’émission.

Cette résolution fait suite au classement de la pollution de l’air extérieur comme étant cancérigène pour l’homme (Groupe 1) (lire notre article sur ce sujet)