CITEPA

Contact
Nos réseaux image

Nos réseaux

Le Citepa a pour mission de transmettre de l’information, partager ses méthodes, s’inscrire dans l’effort scientifique mondial d’amélioration des connaissances sur les gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques, et de participer à la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air. Le Citepa dispose ainsi d’un réseau national et international diversifié :

  • Acteurs publics nationaux : agences (ADEME, AFD), EPIC (INERIS, CEREMA, IGN) et ministères (MTES, MAA, Ministère de l’Economie…) ;
  • Experts indépendants ou cabinets d’études en France et à l’étranger ;
  • Décideurs publics des villes, régions et territoires (services environnement et mobilité),
  • Acteurs privés en entreprise et en organisation professionnelle : directions techniques et scientifiques, Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE), Agences Agrées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) ;
  • Personnels et consultants d’associations et d’ONG (Climate Chance, European Environment Bureau, APPA, RNSA, etc.) ;
  • Banques Multilatérales de Développement et bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Banque Asiatique du développement, Banque Africaine du Développement, Agence Française de Développement…) ;
  • Organismes de recherche : chercheurs et professeurs (LICIT, LAET, CEREA, INRA, CNRS, IGN, etc.) ;

Parmi ces partenaires, certains sont adhérents du Citepa.

Quelques partenaires récurrents

Nous travaillons pour des projets pour les administrations nationales ou locales, et le privé, qui impliquent :

Partenariats avec des organismes de recherche

Dans le cadre de travaux de recherche, le Citepa collabore avec des laboratoires de recherche en France et à l’étranger :

  • Une thèse sur le développement d’une « approche Big Data » pour la supervision des dynamiques de mobilité et des émissions de polluants associées a récemment été mise en place avec le LICIT (Laboratoire d’Ingénierie Circulation Transports), unité mixte de l’Ifsttar (Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux). Cette thèse est en lien avec le projet GCBD (Green City Big Data) et est subventionnée par l’ANRT (Agence Nationale pour la Recherche et la Technologie.
  • Au niveau international, un partenariat a été établi avec l’Académie Chinoise de Recherche en Sciences Environnementales de Pékin (CRAES) avec la création du Centre sino-français dédié à l’intégration des systèmes d’inventaires d’émissions des gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques (SF CAGEM). En vertu de l’accord signé le 1er août 2015, les équipes chinoises du CRAES et du Citepa collaborent en Chine pour permettre un meilleur suivi des émissions à l’échelle des villes, des Provinces et des États.
  • Le Citepa travaille depuis de nombreuses années avec le Karlruhe Institute for Technology en Allemagne pour assurer le secrétariat technique de l’équipe spéciale sur les aspects techno-économiques (TFTEI) de la Convention Air de la CEE-NU.
  • Une collaboration est en cours avec le Centre Mario Molina, à Mexico DF, sur une approche big data dans des villes de ce pays

 

Forums et groupes d’experts

Forum Pollution Transfrontière

Créé il y a de nombreuses années par le Citepa, pour intensifier le partage d’information dans le cadre des politiques de lutte contre la pollution atmosphérique et notamment les travaux de la Commission européenne et de la Convention Air (CLRTAP) de la Commission Economique de l’Europe des Nations-unies (CEE-NU), le forum rassemble des Parties prenantes issus du réseau d’adhérents du Citepa qu’ils soient privés ou institutionnels (Ministère de l’agriculture, ADEME, INERIS…) et des représentants du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES). Il permet un échange d’information en amont sur les sujets d’actualité de la pollution atmosphérique et de sa réduction mais aussi un appui technique de ce dernier dans le cadre des négociations nationales et internationales sur les réglementations futures et les engagements correspondants.

Contact : nadine.allemand@citepa.org

 

TFTEI: Task force on Techno-Economic Issues ou Equipe spéciale sur les aspects techno-économiques

L’équipe spéciale sur les aspects techno économiques œuvre dans le cadre de la Convention sur la Pollution Atmosphérique Transfrontière à Longue Distance de la Commission Economique pour l’Europe des Nations Unies. Avant d’être transformé en équipe spéciale, il s’agissait d’un groupe d’experts, mis en place sur une initiative française. L’équipe spéciale est pilotée par une double présidence  franco-italienne : Mr Jean-Guy Bartaire, président du Citepa et Mr Tiziano Pignatelli de l’ENEA (Italian National Agency for New Technologies, Energy and Sustainable Economic Development) en Italie. Le MTES (Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire) et l’Ademe assurent le financement de TFTEI. Le Citepa en assure la coordination technique en collaboration avec le KIT (Karlsruhe Institute of Technology). L’équipe spéciale couvre les sources fixes, industrielles, tertiaires et domestiques mais aussi les sources mobiles (ensemble des transports). Les polluants couverts sont SO2, NOx, PM et Black Carbon, COV et CH4, les métaux lourds et les POPs.

L’équipe spéciale est suivie par un grand nombre d’experts des Parties à la Convention, venant des administrations des Parties mais aussi du monde industriels, fournisseurs de matériel de réduction,  producteurs d’énergie ou issus de l’industrie manufacturière. Le mandat des Nations Unies, mis à jour tous les 2 ans, fixe les travaux à réaliser par TFTEI, notamment, fournir des données technico-économiques sur les technologies de réduction dans tous les secteurs ci-dessus (Ces données ont pour vocation à être utilisées par le centre de modélisation intégrée (CIAM) représenté par l’International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA)) mais aussi faciliter la ratification des Protocoles de Göteborg, métaux lourds et POP par les Pays de l’Europe Orientale, Caucase et Asie Centrale (EOCAC) par l’organisation d’ateliers spécifiques et de formations. Les travaux sont continus. Actuellement, TFTEI termine des travaux sur la production de ciment et d’aluminium. Il vient de terminer un code de bonne pratique pour la combustion du bois dans les équipements de chauffage domestique. Pour répondre à la stratégie à long terme de la Convention, il vient d’attaquer des travaux sur le transport de gaz naturel et les émissions de CH4 et sur les technologies de réduction des émissions dans le transport maritime.

Contact : nadine.allemand@citepa.org

Accéder à la plateforme interactive TFTEI

 

Cluster francophone

En mai 2010, dans le cadre du dialogue sur le climat de Petersberg, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud et l’Allemagne ont lancé le Partenariat international sur l’atténuation et le MRV. Leur objectif: promouvoir une action climatique ambitieuse à travers un dialogue politique et des échanges entre experts. En 2015, l’Accord de Paris a introduit le cadre de transparence renforcée. Sa tâche est de faciliter et de catalyser la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (les CDN) afin de maintenir l’augmentation de la température mondiale moyenne bien en dessous de 2 ° C au-dessus des niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts visant à limiter l’augmentation de la température à 1,5 ° C. et élever l’ambition des CDN au fil du temps. Lors de la réunion de partenariat tenue à la Conférence des parties (COP) 22 à Marrakech, au Maroc, le partenariat a été rebaptisé “Partenariat pour la transparence dans l’Accord de Paris“. Cette démarche reflète les nouveaux défis posés par les règles de transparence, tout en continuant d’apporter un soutien aux échanges pratiques entre pays en développement et pays industrialisés et en servant de forum de discussion sur des thèmes de négociation sur le climat.

Le Cluster francophone du Partenariat a été créé en 2013 en collaboration organisationnelle et financière avec les administrations belge (SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement), française (ministère de la Transition écologique et solidaire) et suisse (Office fédéral de l’environnement). Le Cluster a pour but d’élargir et d’approfondir les échanges d’informations, d’expertises et d’expériences, de bonnes pratiques ainsi que d’études de cas entre environ 35 pays francophones. Sa langue de travail est le français. Citepa, avec l’appui du MTES, est l’un des principaux organisateurs des différents ateliers et présente souvent des exposés d’experts sur les inventaires, les politiques d’atténuation, le cadre de transparence…

Contact Julien.vincent@citepa.org

 

Cluster Med

Les pays développés doivent fournir une assistance significative aux pays en développement dans l’élaboration de leur contribution Déterminée au niveau National (CDN). Ce support est explicitement requis par l’Accord de Paris, et son article 13 notamment. Il est donc nécessaire d’établir un cadre de travail coopératif entre les Etats qui permette aux pays en développement d’atteindre les objectifs fixés par la CCNUCC et l’Accord de Paris.

Globalement, la transparence dans le contexte des négociations sur le changement climatique international se réfère généralement à l’évaluation, au suivi et à la communication des informations relatives à l’atténuation, l’adaptation, la finance, la technologie et le renforcement des capacités. La transparence est primordiale, car elle contribue à renforcer la confiance entre les parties, augmente la probabilité que les Parties respectent leurs obligations vis-à-vis de la CCNUCC et fassent ce qu’ils ont prévu de faire. La transparence aide les pays à identifier leurs lacunes dans les politiques relatives au changement climatique, et incite à informer les parties prenantes de l’importance du changement climatique. La transparence permet également le suivi des progrès vers les objectifs individuels et collectifs liés au climat. Toutefois, pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, il est nécessaire que les Etats s’approprient pleinement la réalisation de leurs inventaires et plus généralement la définition de leurs politiques en faveur de la lutte contre les changements climatiques.  Les échanges d’informations, d’expertises et d’expériences, de bonnes pratiques ainsi que d’études de cas sont un moyen nécessaire, mais non suffisant pour permettre cette appropriation.

Le ou (les) Cluster MED sont des groupes de pays méditerranéens partageant des enjeux similaires au plan climatique (adaptation et/ou atténuation) et qui acceptent de trouver des solutions de manière synergique. Afin d’identifier ces synergies d’habitat/biome et de développement, une étude mandatée au Citepa par l’Union pour la Méditerranée, permettra en mars 2020, de faire un ensemble de recommandations sur l’actualisation des CDN des 13 pays du Sud Est Méditerranéen (SEMED) à partir de l’étude approfondie de leur CDN et de leur plan national d’adaptation initiaux.  Les 43 pays de l’UpM envisagent de labelliser cette démarche. Après cette étude des besoins et d’aide à l’actualisation des CDN, le Citepa ambitionne de coordonner le(s) Cluster MED, par la mise à disposition d’experts « climat » autour de la Méditerranée intervenant en mode « peer-to-peer », avec la mise en place d’outils de rapportage et de bases de données – et scalable.

Contact jerome.boutang@citepa.org

 

Développement à l’international

Le Citepa intervient, pour des missions d’expertise et de capacity-building, dans de nombreux pays. Retrouvez ci-dessous quelques exemples.