CITEPA

Contact
 image

Emissions mondiales de CO2: hausse en 2017 après trois ans de stabilisation (AIE)

  • Réf. : 2018_05_a2
  • Publié le: 1 mai 2018
  • Date de mise à jour: 20 mai 2019
  • International

Le 21 mars 2018, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié un état des lieux synthétique des tendances en matière de demande mondiale d’énergie [charbon, pétrole, gaz, énergies renouvelables, électricité], d’efficacité énergétique, et d’émissions mondiales de CO2 provenant de la combustion des combustibles fossiles.A ce stade, il s’agit de données provisoires.

Que retenir de l’analyse de l’AIE ?

Demande d’énergie mondiale : hausse de 2,1% en 2017 [soit plus du double du rythme de progression en 2016 (+0,9%)] due pour 40% à la Chine et à l’Inde. Les combustibles fossiles [charbon, pétrole, gaz] ont répondu à hauteur de 72% à cette hausse de la demande énergétique mondiale.

Efficacité énergétique : l’intensité énergétique mondiale [quantité d’énergie finale utilisée pour produire une unité de PIB] continue de s’améliorer, mais à un rythme plus faible qu’auparavant [1,7% en 2017 contre 2,3% en moyenne sur les trois années précédentes (2014-2016)]. L’intensité énergétique [avec l’intensité carbone] constitue un des deux indicateurs clés des émissions de CO2.

Emissions de CO2 liées à la combustion des combustibles fossiles : hausse de 1,4% en 2017 pour atteindre un niveau inédit de 32,5 Gt CO2. Ainsi, après une stabilisation pendant trois années [2014, 2015 et 2016], les émissions mondiales de CO2 sont reparties à la hausse. Les pays d’Asie représentent deux-tiers de cette hausse [par exemple, +4,5% en Indonésie].

Causes de cette hausse :

  • croissance économique mondiale forte en 2017 [+3,7% (3,1% en 2016)],
  • prix d’énergies fossiles plus faibles,
  • mise en œuvre moins rapide de mesures politiques en matière d’efficacité énergétique.

Fortes variations régionales : la hausse globale en 2017 masque toutefois d’importants contrastes régionaux. Alors que la plupart des grands émetteurs ont connu une hausse d’émissions de CO2, certains ont enregistré une baisse :

Etats-Unis [2epays émetteur mondial de CO2]: baisse de 0,5% en 2017 par rapport au niveau de 2016 [4,8 Gt CO2 au total en 2017]. C’est une baisse pour la 3e année consécutive, surtout du fait d’une part accrue d’énergies renouvelables (EnR) [niveau record de 17% en 2017] dans la production d’électricité, en substitution du charbon.

Royaume-Uni : baisse de 3,8% en 2017 pour atteindre 350 Mt CO2, soit le niveau le plus faible depuis le début des estimations [1960]. La poursuite de la substitution du charbon par le gaz et les EnR a conduit à une diminution de 19% de la demande de charbon en 2017.

UE: hausse de 1,5% en 2017, soit un inversement de la tendance des dernières années et ce, en raison d’une croissance soutenue de la consommation de pétrole et de gaz, et d’un fort ralentissement du taux d’amélioration de l’efficacité énergétique [0,5% en 2017 contre 1,3% en 2016].

Chine [émetteur mondial de CO2]: hausse de 1,7% en 2017 par rapport à 2016 [2016 : 1% / 2015 (lire notre article sur ce sujet)] pour atteindre 9,1 Gt CO2, alors que le taux de croissance économique a été de près de 7%. Ce découplage entre émissions et croissance est lié à une part accrue des EnR et du gaz naturel dans la production d’électricité en remplacement du charbon. L’AIE souligne que la Chine a connu un pic de la demande en charbon en 2013 mais les émissions de CO2 liées à l’énergie ont toutefois augmenté en raison d’une plus forte demande en gaz et en pétrole. La conclusion de l’AIE est formelle : “La hausse des émissions de CO2 liées à l’énergie constitue un avertissement fort par rapport aux efforts mondiaux en matière d’action climat, et montre que les efforts actuels sont insuffisants pour respecter les objectifs de l’Accord de Paris“.

N.B. l’AIE n’a pas encore publié sur son site les données d’émission brutes.

Article | International | Connaissances et données / Science | Climat et Gaz à effet de serre | Suivi des émissions et des concentrations