CITEPA

Contact
 image

Méthanisation : les conditions durables de développement de la filière en France

  • Réf. : 2020_03_b08
  • Publié le: 23 mars 2020
  • Date de mise à jour: 30 mars 2020
  • France

De décembre 2018 à décembre 2019, le Citepa a participé à un cycle d’ateliers organisés par le WWF France et GRDF sur la question des conditions durables de développement de la filière méthanisation. Ces ateliers ont réuni les instituts de recherche, des acteurs institutionnels, des représentants du monde agricole et de la filière biométhane et les associations œuvrant pour l’environnement ou actives sur la thématique des énergies renouvelables.

Les demandes de construction de nouvelles unités de méthanisation sont en croissance forte. Actuellement, le territoire comptabilise en 2018 près de 700 unités de méthanisation, dont 442 utilisant des ressources agricoles (source : base SINOE).

Le 17 mars 2020, WWF-France a publié un rapport, sur la base de ces échanges, qui ont permis de partager les bonnes pratiques permettant de garantir l’innocuité environnementale de la méthanisation : en particulier concernant l’itinéraire technique des cultures intermédiaires à vocation énergétique (CIVE) et la nécessaire application de bonnes pratiques d’épandage du digestat limitant les risques de volatilisation de l’ammoniac (NH3).

 

L’éclairage du Citepa

Prise en compte des méthaniseurs dans l’inventaire national

Actuellement dans l’inventaire national des émissions de gaz à effet de serre publié par le Citepa, la méthanisation des déjections animales est prise en compte en tant que technique de réduction des émissions de méthane (CH4) : les tonnages de déjections méthanisées, centralisée ou à la ferme, sont estimés en croisant plusieurs données (base SINOE, ADEME, données de constructeurs…) et les émissions réduites grâce à la méthanisation sont calculées au niveau de la gestion des déjections pour le cheptel bovin et porcin uniquement. Le détail du calcul se trouve dans notre rapport méthodologique OMINEA.

 

Parmi les conclusions du rapport, trois conditions pour la durabilité de la méthanisation agricole sont retenues : favoriser la mise en œuvre de pratiques agroécologiques à l’échelle de l’exploitation ; s’intégrer au contexte territorial ; et enfin, contribuer à la résolution des défis sociétaux globaux, grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport à une filière de production d’énergie fossile (stockage du carbone dans les sols agricoles grâce à l’implantation des CIVE, retour au sol des digestats…). Des travaux de recherche complémentaires devront être menés, notamment sur les impacts des digestats sur l’activité biologique des sols, afin d’identifier les pratiques durables associées.

 

 

 

Brève | France | Politique, gouvernance, réglementation | Pollution & Qualité de l’air | Climat et Gaz à effet de serre | Collectivités et Territoires | Energie/EE/EnR