CITEPA

Contact
 image

Deux guides pour guider les entreprises vers la neutralité carbone

  • Réf. : 2020_09_b13
  • Publié le: 23 septembre 2020
  • Date de mise à jour: 23 septembre 2020
  • France
  • International

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à afficher un objectif de neutralité carbone à moyen terme, sur tout ou partie de leur activité. On observe ainsi une volonté de s’inscrire dans la nécessité d’atteindre collectivement la neutralité carbone au cours 21e siècle (objectif entériné par l’article 4 de l’Accord de Paris). Cette volonté s’inscrit dans un contexte de reconnaissance croissante, à la fois au sein des négociations climat officielles et en dehors, du rôle des acteurs non-étatiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le monde (voir encadré ci-dessous et par exemple notre article sur la Business Climate Week en amont de la COP-21).

Or, pour mettre en œuvre cet objectif, il est nécessaire de bien comprendre ce que signifie scientifiquement et techniquement la neutralité, et ses conséquences opérationnelles, ce que signifient la compensation carbone et les outils associés, et enfin il y a aussi un besoin de rendre cohérentes des initiatives éparses. Deux guides, parus en 2020, présentent des éclairages et visent à construire des référentiels crédibles en ce sens :

Foundations for science-based net-zero target setting in the corporate sector (Principes pour établir des objectifs zéro émission nette fondés sur la science dans le secteur privé), est un document publié le 14 septembre 2020 dans le cadre de l’initiative Science Based Targets [Objectifs fondés sur la Science] (SBI, partenariat rassemblant le groupe de réflexion indépendant World Resources Institute [basé à Washington] , le Global Compact des Nations Unies , le CDP et l’ONG WWF). Il apporte des bases conceptuelles pour comprendre les enjeux scientifiques et pour traduire l’objectif de neutralité en actions concrètes et transparentes pour une entreprise

Net Zero Initiative – un référentiel pour une neutralité carbone collective, est un document publié en avril 2020 dans le cadre du projet Net Zero Initiative, et rédigé par des membres de Carbone 4, un conseil scientifique (IPSL, IDDRI, I4DE, etc.), un groupement d’entreprises et d’autres organismes. Il présente les bases d’un futur référentiel pour guider les entreprises vers la neutralité carbone, en se fondant sur une comptabilité carbone distinguant clairement ; la réduction de ses émissions sur l’ensemble de son périmètre, direct et indirect ; la contribution à réduire des émissions hors de son périmètre ; et la contribution à développer des puits de carbone.

 

En savoir plus : le rôle des acteurs non étatiques dans le cadre de l’Accord de Paris

La COP 20, à Lima, a initié une dynamique des acteurs non-étatiques (villes, collectivités, régions, entreprises, institutions financières, ONG,…) autour des négociations climat. La CCNUCC a explicitement fait référence, pour la première fois, aux acteurs non-étatiques dans la décision 1/CP.16 (adoptée à Cancún [2010] : “de multiples parties prenantes doivent être mobilisées aux niveaux mondial, régional, national et local, qu’il s’agisse de gouvernements, y compris les administrations infranationales et locales, d’entreprises privées ou de la société civile….” [pour mettre en œuvre des actions climat].

Par la suite, la décision 1/CP.19 (adoptée à Varsovie [2013]) a reconnu officiellement et formellement, pour la 1ère fois dans l’histoire des négociations onusiennes sur le climat, le rôle clé des villes et des autorités infranationales dans l’action climat car elles sont directement impliquées dans la mise en œuvre des politiques et actions climat décidées aux niveaux international, européen et national.

Le préambule de l’Accord de Paris (2015) reconnait « l’importance de la participation des pouvoirs publics à tous les niveaux et des divers acteurs, conformément aux législations nationales respectives des Parties, dans la lutte contre les changements climatiques ». La décision associée (1/CP.21) indique : « la COP convient de soutenir et de promouvoir la coopération régionale et internationale afin de mobiliser des actions climat plus fortes et plus ambitieuses de la part de toutes les Parties et des acteurs non-étatiques, y compris de la société civile, du secteur privé, des institutions financières, des villes et autres autorités infranationales… » [préambule] et « les acteurs non étatiques sont invités à amplifier leurs efforts de réduction, à soutenir des actions de réduction et à faire état de ces efforts via le portail NAZCA » (par. 134).

 

 

Brève | France | International | Connaissances et données / Science | Climat et Gaz à effet de serre | Entreprises