CITEPA

Contact
 image

La Chine annonce un objectif de neutralité carbone

  • Réf. : 2020_09_b19
  • Publié le: 23 septembre 2020
  • Date de mise à jour: 25 septembre 2020
  • International

Lors d’un sommet entre la Chine et l’UE, qui s’est tenu virtuellement le 14 septembre 2020, dans le cadre d’un dialogue bilatéral sur les enjeux des relations commerciales entre les deux puissances, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le Président du Conseil européen Charles Michel, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel, se sont entretenus avec le président chinous Xi Jinping. Les responsables européens ont alors mis en avant leur volonté que la Chine concrétise son ambition climatique et s’aligne avec l’objectif de neutralité carbone pris dans l’UE (pour 2050, lire notre article), avec un objectif pour 2060.

Le sommet UE-Chine prévu à Leipzig : victime du Covid-19

Un grand sommet UE-Chine était prévu le 14 septembre 2020, à Leipzig (Allemagne, pays qui détient la présidence tournante de l’UE au 2e semestre 2020). Ce sommet avait été programmé exprès deux mois avant la tenue de la COP-26, initialement prévue du 9 au 22 novembre 2020 (mais ensuite reporté en 2021 en raison de la pandémie du Covid-19). Le sommet de Lepizig devait réunir l’ensemble des dirigeants des Vingt-sept avec le Président chinois, Xi Jinping. Angela Merkel avait annoncé en janvier 2020 que le climat serait un sujet prioritaire au sommet. Ce sommet était très attendu du fait de son enjeu majeur : parvenir à un accord conjoint UE-Chine pour renforcer leurs objectifs de réduction respectifs (à l’instar de l’accord Chine-Etats-Unis en 2014 qui a permis d’aboutir à l’adoption de l’Accord de Paris). un accord UE-Chine sur le climat à Leipzig aurait sans doute incité d’autres grands émetteurs à leur emboîter le pas avant la COP-26. Suite à la crise sanitaire mondiale, le sommet de Leipzig a donc été annulé et remplacé par le sommet virtuel dont fait l’objet le présent article.

 

Le lendemain, le 15 septembre 2020, le porte-parole du Ministre des affaires étrangères chinois, Wang Webin, a annoncé en conférence de presse que son pays envisageait désormais des objectifs « à la moitié du siècle » sur « le pic des émissions de CO2 et la neutralité carbone ». A noter que dans son premier engagement dans le cadre de l’Accord de Paris, la Chine s’engage à atteindre un pic des émissions autour de 2030, mais n’intègre pas d’objectif de neutralité carbone. Le 28 mars 2018, l’ancien négociateur en chef de la Chine pour le climat, Xie Zhenhua, avait déclaré que le pays avait atteint son objectif climat pour 2020 trois ans en avance et qu’une mise à jour de l’objectif pour 2030 était en préparation.

 

Quels pays ont un objectif de neutralité carbone ?

Outre l’UE dans son ensemble pour 2050, certains Etats-membres ont un objectif individuel de neutralité (la plupart pour 2050) : France (lire notre article sur la SNBC-2), Allemagne, Espagne, Suède, Irlande, Danemark, Autriche, Hongrie, Portugal, Slovaquie, Finlande. C’est aussi le cas pour d’autres pays européens hors-UE (Royaume-Uni, Suisse, Norvège, Islande) et dans le monde (Bhoutan, Canada, Corée du Sud, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Chili, Uruguay, Costa Rica, Singapour, Îles Marshall, îles Fidji) (voir article de Climate Home News publié le 17 septembre 2020).

 

Cette annonce a été très favorablement accueillie, dans le contexte du report de la COP-26, de l’essoufflement de la dynamique engendré par ce report et par la crise économique liée à la pandémie de Covid-19. Alors que la remise des engagements climat des pays (contributions déterminées au niveau national ou NDC-2) sont attendues pour 2020, seuls 13 pays en ont rendu une à ce jour (lire notre article “Le point sur les NDC-2”, publié le 5 mai 2020, lire aussi notre analyse sur les enjeux du report de la COP-26, publié le 2 avril 2020).

Enfin, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 22 septembre 2020, le Président Xi Jinping, a confirmé que la Chine “renforcera sa NDC, en adoptant des mesures politiques plus robustes. Nous visons à atteindre le pic des émissions de CO2 avant 2030 [et non plus “autour de 2030″, comme fixé en 2014 dans le cadre de l’accord sino-américain, puis repris dans l’INDC de la Chine soumise le 30 juin 2015] et atteindre la neutralité carbone avant 2060″. Cette déclaration, venant de la part du Chef d’Etat du premier pays émetteur de CO2 au monde (29,8% en 2018, source : JRC/base de données EDGAR, 09/09/2020), marque une avancée significative dans la diplomatie climat internationale. C’est en effet la première fois que le Président chinois lui-même évoque l’objectif de neutralité carbone pour son pays. Cette nouvelle volonté politique de la Chine devrait insuffler une forte impulsion dans la dynamique politique internationale et entraîner d’autres pays grands émetteurs encore hésitants à faire de même.

 

Quel impact le nouvel objectif chinois de neutralité carbone aura-t-il sur le réchauffement climatique ? (Analyse CAT)

Selon Climate Action Tracker (CAT, consortium international indépendant d’analyse scientifique composé de deux instituts de recherche Climate Analytics et New Climate Institute, qui suit et évalue l’action climat des pays au regard de leurs objectifs climat nationaux et des objectifs de 2°C et de 1,5°C), il s’agirait de l’annonce la plus importante en matière de politique climat mondiale depuis cinq ans au moins [c’est-à-dire depuis l’adoption de l’Accord de Paris le 12 décembre 2015].

Selon les estimations de CAT, si la Chine, dont la part des émissions mondiales de GES s’élevait à 29,8% en 2018 (source : JRC/base de données EDGAR, 09/09/2020), venait à soumettre ce nouvel objectif de neutralité carbone en tant qu’engagement au titre de l’Accord de Paris dans le cadre d’une révision de sa contribution nationale (NDC), il en résulterait une baisse comprise entre 0,2°C et 0,3°C des projections de la hausse des températures moyennes mondiales d’ici 2100 (calculées par CAT sur la base de la mise en œuvre intégrale des engagements et objectifs de réduction inscrits dans les NDC soumises par toutes les Parties à l’Accord de Paris). Concrètement, selon les dernières estimations de CAT, avant l’annonce du Président chinois, les engagements actuels conduiraient à une hausse de 2,7°C des températures moyennes mondiales d’ici 2100. Cependant, en prenant en compte le nouvel objectif annoncé par la Chine, cette hausse serait ramenée à environ 2,4°C-2,5°C.

 

En savoir plus

Vidéo de la déclaration du Président Xi Jinping lors de l’Assemblée nationale des Nations Unies le 22 septembre 2020 (avec interprétation en anglais).

Evaluation des objectifs climat de la Chine par Climate Action Tracker et communiqué.

 

Brève | International | Politique, gouvernance, réglementation | Climat et Gaz à effet de serre | CCNUCC/Protocole de Kyoto/Accord de Paris