CITEPA

Contact
 image

L’Ademe lance le premier appel à propositions dans le cadre du nouveau programme de recherche pour l’amélioration de la qualité de l’air (AQACIA)

  • Réf. : 2020_08_a01
  • Publié le: 21 août 2020
  • Date de mise à jour: 18 septembre 2020
  • France

Le 6 août 2020, l’Ademe a lancé le premier appel à propositions de recherche dans le cadre du nouveau programme de recherche intitulé AQACIA (Amélioration de la Qualité de l’Air : Comprendre, Innover, Agir). AQACIA rassemble les besoins de R & D de l’Ademe sur les problématiques de qualité de l’air (intérieur et extérieur), et vient donc remplacer les programmes PRIMEQAL, CORTEA, le volet R&D d’AACT-AIR et le volet air d’IMPACTS (voir encadré ci-dessous). L’Ademe souligne que cette fusion permettra de traiter conjointement et de façon cordonnée les différents aspects et enjeux liés à la qualité de l’air et à ses impacts, et gagner ainsi en efficacité pour proposer des solutions d’amélioration.

 

Contexte

Lancé en 1995 et mis en œuvre par le Ministère chargé de l’Environnement et l’Ademe, le programme PRIMEQUAL (PRogramme de Recherche Interorganisme pour une MEilleure QUALité de l’air) visait à fournir les bases scientifiques et les outils nécessaires aux décideurs et aux gestionnaires de territoires pour définir, mettre en œuvre et évaluer des solutions pour améliorer la qualité de l’air intérieur et extérieur afin de réduire les risques pour la santé et l’environnement. Depuis le début du programme, plus de 300 actions de recherche ont été soutenues pour un montant total d’aide de 25 M€ (lire notre dernier article sur le sujet).

 

Le programme CORTEA (COnnaissances, Réduction à la source et Traitement des Emissions dans l’Air), lancé par l’Ademe en 2011, avait pour objectif de faire émerger des projets de R&D orientés vers l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, de l’industrie, de l’énergie et des transports (lire notre dernier article en lien avec le sujet).

 

La première édition de l’appel à projets AACT-AIR (Aide à l’Action des Collectivités Territoriales en faveur de la qualité de l’AIR) a été lancée en 2012 avec la sélection des dix premiers lauréats en 2013. AACT-AIR avait pour objet d’aider les collectivités territoriales à passer à l’action en faveur de la qualité de l’air extérieur et intérieur et ce, par le biais d’aides financières renforcées pour la réalisation d’études visant à les aider à surmonter les difficultés techniques et/ou juridiques auxquelles elles peuvent être confrontées (lire notre dernier article sur AACT-AIR).

 

Le programme IMPACTS de l’Ademe visait à mieux connaitre l’impact des mélanges de polluants via des appels à propositions dans les domaines d’intervention de l’Ademe, dont la préservation de la qualité de l’air (extérieur et intérieur), la réduction des émissions des transports et des activités agricoles, mais aussi la réhabilitation des sols pollués et la réduction des impacts du traitement des déchets.

 

Objectifs et périmètre du nouveau programme AQACIA

AQACIA a pour objectif de faire émerger des projets de R & D orientés vers la compréhension et l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur, en cohérence avec les actions de l’ADEME dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, des transports, de l’énergie, des déchets et des sols pollués, en vue de contribuer à la transition écologique, à l’adaptation au changement climatique, ainsi qu’à son atténuation (réduction et/ou absorption des émissions de gaz à effet de serre).

AQACIA apportera un soutien à des projets de recherche en appui aux politiques publiques dont les résultats sont de nature à améliorer la compréhension des pollutions de l’air intérieur et extérieur et de leurs impacts, et à développer/évaluer des solutions/innovations opérationnelles et efficaces de réduction de ces pollutions.

Il vise ainsi à fournir les bases scientifiques et les outils nécessaires aux décideurs, aux acteurs et aux gestionnaires de territoires et d’espaces de vie pour définir, mettre en œuvre et évaluer des actions d’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur, afin de réduire les risques pour la santé et l’environnement.

AQACIA s’adresse aux différentes disciplines scientifiques concernées par la pollution de l’air et ses impacts : sciences humaines (économie, sociologie, psychologie, …), sciences physiques (métrologie, chimie, météorologie, …), mathématiques (modélisation, statistiques), sciences de la vie (biologie, épidémiologie, écologie, …) et sciences de l’ingénieur (conception, plan d’expériences, évaluation …). Les propositions devront intégrer un volet dédié au passage à l’action au regard des connaissances acquises, et adapté aux cibles visées.

A noter enfin que le secteur de l’industrie n’est pas couvert par le programme AQACIA (hors installations de combustion de biomasse dans le secteur industriel et sites de traitement des déchets).

Les questions de recherche sont réparties en quatre axes :

  • améliorer les connaissances sur des polluants et pollutions d’intérêt émergent et leurs impacts,
  • anticiper l’évolution des atmosphères extérieures et intérieures, et les conséquences sanitaires et socio-économiques associées,
  • tirer des enseignements pour la gestion de la qualité de l’air des crises épidémiques, sociétales et climatiques majeures,
  • identifier des solutions contribuant à améliorer durablement la qualité de l’air, et lever les freins pour passer à l’action dans une approche intégrée.

 

Les priorités de l’édition 2020 d’AQACIA

L’édition 2020 de l’appel à propositions de recherche (APR 2020) d’AQACIA, qui s’intitule “Comment préparer aujourd’hui la qualité de l’air de demain”, a pour objectif d’identifier quelles pratiques/solutions permettraient de favoriser un air de qualité (tant à l’intérieur d’espaces clos que dans l’environnement extérieur) pour le moyen/long terme, sans impacter négativement ce qui relève d’autres enjeux (climatique, biodiversité, énergétique, démographique, inégalités sociales, confort thermique, acoustique, …), mais en tenant compte de leurs propres impératifs.

L’Ademe précise qu’il s’agira ainsi de se placer dans une dynamique temporelle pour anticiper et planifier à l’avance les solutions (technologiques, sociétales…) les plus favorables à la qualité de l’air, pour identifier les changements de paradigme et mutations nécessaires, et pour comprendre, dans une dimension historique, comment les anticipations passées ont été ou non couronnées de succès au présent.

L’Ademe attend l’évaluation des pratiques et options possibles, avec leurs freins et leurs leviers, pour identifier celles à privilégier dès à présent qui seront efficaces dans le futur pour favoriser un air de qualité dans un contexte de changement climatique, de transition écologique, et qui soient si possible bénéfiques pour d’autres enjeux environnementaux.

Pour les détails, se reporter à la partie 2 du dossier d’information de l’APR 2020 (voir titre “Texte de l’APRsur la page du site de l’Ademe consacrée à AQACIA).

 

Echéances

Les dossiers pourront être déposés à partir du 15 septembre 2020.

La date de clôture pour le dépôt des dossiers est fixée au 27 novembre 2020 à 12h.

 

Voir la page du site de l’Ademe consacrée à AQACIA.

 

Article | France | Connaissances et données / Science | Pollution & Qualité de l’air | Collectivités et Territoires | Agriculture et UTCATF | Bâtiments | Energie/EE/EnR | Transport routier