CITEPA

Contact
 image

Sommet G7 à Biarritz, sous Présidence française – le dossier climat à l’ordre du jour

  • Réf. : 2019_08_a1
  • Publié le: 26 août 2019
  • Date de mise à jour: 3 octobre 2019
  • International

Du 24 au 26 août 2019 s’est tenu le Sommet des dirigeants du groupe des sept pays les plus industrialisés (G7 : Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) à Biarritz, sous Présidence française. Le sujet climat figure à l’ordre du jour pour la journée du 26 août dans le cadre de la session de travail consacré au thème “Climat, biodiversité, océans“. 

Le Président de la République a défini la lutte contre les inégalités comme fil conducteur de la Présidence française du G7. Dans ce cadre, les travaux du G7 sous Présidence française se sont concentrés sur plusieurs grands problèmes mondiaux dont la protection du climat, en mettant l’accent sur l’augmentation du niveau d’ambition de l’action climatique et sur le développement de coalitions concrètes capables de transformer les modes de production et de consommation.
Pour mener ces travaux, la Présidence française a choisi de réunir de façon informelle plusieurs grandes puissances. Toutefois, comme le Président de la République l’a rappelé dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre 2018, “le temps où un club de pays riches pouvait définir seul les équilibres du monde est depuis longtemps dépassé“. Pour cette raison, il a souhaité que la Présidence française du G7 soit l’occasion, en 2019, de faire évoluer le format du groupe, en y associant :
– quatre pays qui ont une influence régionale majeure (Afrique du Sud, Australie, Chili et Inde [mais pas la Chine]),
– cinq autres partenaires africains pour bâtir un partenariat d’égal à égal (Burkino Faso, Egypte, Rwanda, Sénégal et le Président de la Commission de l’Union africaine),
– des acteurs clés de la société civile, avec l’objectif de former des coalitions autour de projets et de solutions pour lutter contre toutes les formes d’inégalités, de façon plus efficace et concrète.

Ainsi, la Présidence française a annoncé le lancement de plusieurs coalitions d’acteurs privés et publics dans le domaine de l’action climat :
– Coalition d’entreprises du transport maritime pour le climat et la biodiversité qui rassemble une douzaine d’entreprises du secteur mobilisées pour réduire son impact sur le climat et limiter ses effets sur la biodiversité marine,
– Coalition pour l’efficacité énergétique du refroidissement rassemblant des entreprises et des Chefs d’État et de Gouvernement. L’un des objectifs clés sera de doubler d’ici 2050 l’efficacité énergétique des systèmes de refroidissement des entreprises qui s’engagent dans cette coalition,
– Coalition pour une mode durable : Des entreprises de premier plan représentant 25% du secteur de la mode en volume s’engageront à travers la signature d’un “Fashion Pact” qui engage à prendre des mesures concrètes pour réduire leur impact environnemental.
(Source : dossier d’information de la Présidence française).

Les deux sommets G7 précédents (2017 et 2018) ont été caractérisés par un désaccord sur le dossier climat entre le “G6” (Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) et le “G1” (Etats-Unis), soit une configuration “G6 contre G1“. Cette année, selon les reportages de la presse (en attendant davantage d’informations de sources officielles), c’était plutôt un “G7 uni” mais le climat n’est pas du tout évoqué dans la déclaration finale des dirigeants du G7, qui se tient en une seule page. Par ailleurs, le Président des Etats-Unis n’a pas assisté à la session sur le climat, préférant envoyer son équipe de collaborateurs participer aux discussions.

Voir site officiel de la Présidence française, dossier d’information et résumé de la session “Climat, biodiversité et océans”.

Article | International | Politique, gouvernance, réglementation | Climat et Gaz à effet de serre | CCNUCC/Protocole de Kyoto/Accord de Paris | Energie/EE/EnR