CITEPA

Contact
 image

Plan de relance : présentation de la stratégie hydrogène de la France

  • Réf. : 2020_09_b02
  • Publié le: 8 septembre 2020
  • Date de mise à jour: 4 novembre 2020
  • France

Le 8 septembre 2020, le gouvernement a apporté des précisions sur le volet hydrogène du plan de relance annoncé le 3 septembre (lire notre article sur le sujet). Sur les 100 Md € du plan, 2 Md € sont dédiés à l’hydrogène pour la période 2020-2022. Ce montant devrait atteindre 7,2 Md € d’ici 2030. Cet investissement s’inscrit dans le contexte de la stratégie hydrogène de la Commission présentée le 8 juillet 2020 (lire notre article sur le sujet).

L’hydrogène, source d’énergie qui, si elle est produite à partir d’énergie bas-carbone, permettrait de réduire les émissions de GES, notamment dans l’industrie et les transports, et permettrait également de mieux stocker l’énergie. La ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, et le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, ont ainsi apporté des précisions sur le contenu des investissements et les prochaines étapes :

 

Ambition

  • 1,5 milliard d’euros seront investis pour des projets industriels, afin de réduire l’usage d’hydrogène d’origine fossile (raffinage, chimie, électronique, agroalimentaire), en en décarbonant la production. Pour cela, l’ambition est de produire des électrolyseurs en France, afin d’atteindre d’ici 2030, 5 GW de capacité de production d’hydrogène décarboné par électrolyse.
  • Le gouvernement vise l’utilisation de l’hydrogène pour les transports lourds : poids lourds et véhicules utilitaires (qui à eux deux représentent 17% des émissions de CO2 [54 Mt CO2], en France en 2019 (source : Citepa, inventaire Secten éd. 2020) mais aussi l’aérien (part nationale : 8,1 Mt CO2, part internationale : 18,6 Mt CO2 en 2019), avec l’objectif de concevoir un avion « neutre en carbone » en 2035.
  • L’objectif de réduction d’émissions est estimé à 6 Mt CO2/an dès 2030. A noter que selon la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC-2, lire notre article) les émissions de CO2 doivent passer d’un niveau d’environ 328 Mt (niveau prééstimé pour 2019) à un niveau de 214 Mt en moyenne sur la période 2029-2033, autrement dit une baisse annuelle moyenne d’environ 9 Mt CO2/an. Le potentiel de réduction de 6 Mt CO2/an qui pourrait, d’après la ministre, être atteint grâce à l’hydrogène dès 2030 est donc important pour respecter la trajectoire dessinée par la SNBC vers la neutralité carbone en 2050.

 

Prochaines étapes

  • deux appels à projets vont être lancés en septembre par l’Ademe : un sur le développement et l’amélioration des composants et des systèmes dédiés à la production et au transport d’hydrogène (350 M€ jusqu’en 2023) et l’autre sur le déploiement “d’écosystèmes territoriaux de grande envergure mixant tous les usages (industrie diffuse et mobilité)” (275 M€ jusqu’en 2023).
  • un Comité national de l’hydrogène va être mis en place, sous la présidence du Ministre de l’économie et rassemblant les acteurs industriels. Il suivra l’état d’avancement des investissements et leur concrétisation sur le territoire.

 

A noter enfin que le Ministère chargé de l’Environnement (MTES) avait déjà présenté, le 1er juin 2018, un plan national de déploiement de l’hydrogène pour la transition énergétique (lire notre article sur le sujet) et ce, dans le cadre du Plan Climat publié par le Gouvernement le 6 juillet 2017 (lire notre article sur ce sujet).

 

En savoir plus

Brève | France | Politique, gouvernance, réglementation | Climat et Gaz à effet de serre | Energie/EE/EnR | Industrie | Transport routier