CITEPA

Contact
 image

Le secteur de l’aviation européenne adopte une feuille de route pour parvenir à la neutralité carbone en 2050

  • Réf. : 2021_02_a11
  • Publié le: 24 février 2021
  • Date de mise à jour: 24 février 2021
  • UE

Le 11 février 2021, cinq fédérations professionnelles du secteur de l’aviation européenne ont conjointement publié une vision commune à long terme pour le secteur et une feuille de route fixant des mesures concrètes pour atteindre l’objectif de zéro émission nette de CO2 à l’horizon 2050. Les cinq fédérations (Airlines for Europe [A4E], Airports Council International-Europe [ACI-Europe], Association européenne des industries aérospatiale et de défense [ASD], Association des compagnies aériennes régionales européennes [ERAA] et Organisation des services de la navigation aérienne civile [CANSO]) représentent les constructeurs d’avions, les compagnies aériennes, les aéroports et les prestataires de services de navigation aérienne. Cette vision et cette feuille de route font suite à l’engagement de neutralité carbone en 2050 annoncé le 16 novembre 2020 par le secteur de l’aviation européenne (voir encadré en fin d’article). Baptisée “Destination 2050 : une route vers une aviation européenne à zéro émission nette“, cette initiative collective du secteur vise à identifier les mesures communes que peuvent mettre en œuvre le secteur et les Gouvernements nationaux des Vingt-sept pour parvenir à une décarbonation des activités de l’aviation européenne en 2050.

 

Projections d’émissions (excluant les GES hors CO2)

La feuille de route s’appuie sur une étude technique complète, réalisée par le Royal Netherlands Aerospace Centre et SEO Amsterdam Economics, à la demande des cinq partenaires. L’étude a été publiée en même temps qu’une synthèse de celle-ci et les engagements des cinq partenaires. Cette étude, ainsi que la feuille de route qui en découle, sont axées sur une évaluation quantitative et des projections des seules émissions de CO2 du secteur. Le graphique suivant illustre le scénario de référence utilisé (projetant une hausse rapide des émissions du secteur après la crise du Covid-19, pour retrouver un niveau d’avant crise de près de 200 Mt CO2, puis une hausse moins rapide mais continue jusqu’à atteindre près de 300 Mt CO2 environ en 2050), ainsi que les différents moyens de réduction de ces émissions permettant d’atteindre zéro émission nette en 2050.

Feuille de route pour la décarbonation de l’aviation européenne 2018-2050

NB. : il s’agit de tous les vols intra-européens (UE, Royaume-Uni et AELE [Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse]) et au départ de ces pays). Année de référence 2018.

Source : A route to net zero European aviation, Executive summary, 11/02/2021

Au total, donc, la réduction projetée en 2050 par la mise en œuvre de cette feuille de route serait de 250 Mt CO2, soit l’équivalent des émissions nationales de CO2 d’Espagne en 2018 (émissions de CO2 liées à la combustion des combustibles fossiles, source : AIE, 5 octobre 2020). La feuille de route fixe aussi un cap intermédiaire pour 2030 : une réduction des émissions nettes de CO2 de 55% des vols intra-européens par rapport aux niveaux de 1990.

 

 

Elle reconnait néanmoins qu’en plus du CO2, l’aviation est aussi responsable d’émissions d’autres gaz à effet de serre (GES) (lire notre article). Pour les prendre en compte dans la feuille de route, selon les cinq partenaires, des recherches supplémentaires sont nécessaires. Cette feuille de route n’implique donc pas de bilan climatique nul mais bien une très forte réduction des émissions de CO2.

 

Les quatre domaines d’action prioritaires

Les mesures sont regroupées en quatre domaines d’action prioritaires (focus areas) qui sont quasiment les mêmes que ceux visés par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI – voir encadré ci-dessous) :

  • les technologies aéronautiques, dont les moteurs: selon les projections des cinq partenaires de l’initiative, la réduction d’émissions de CO2 serait de 37% (soit -111 Mt CO2) en 2050 (par rapport aux niveaux de 1990). Sur ces 111 Mt CO2 de réduction :
    • une réduction de 60 Mt CO2 serait réalisée par les avions à hydrogène sur les vols intra-européens,
    • une réduction de 51 Mt CO2 serait réalisée par les avions hybrides (kérosène-électrique) ;
  • les carburants durables pour l’aviation: réduction projetée de 34% (soit -99 Mt CO2) en 2050 ;
  • des mesures économiques (à court terme : SEQE, CORSIA, et à plus long terme : les projets de captage et de stockage du CO2 [via les puits de carbone naturels ou les techniques artificielles]): réduction projetée de 8% (soit 22 Mt CO2) en 2050 ;
  • la gestion du trafic aérien et les opérations au sol dans les aéroports : réduction projetée de 6% (soit -18 Mt CO2) en 2050.

 

Le “panier” de mesures de l’OACI pour réduire les émissions de GES du secteur de l’aviation

Avant 2010, l’OACI avait identifié un “panier” de mesures disponible pour réduire les émissions de GES de l’aviation internationale, qui figurait dans le volume III de l’Annexe 16 à la Convention de Chicago relative à l’aviation civile internationale (Protection de l’environnement) :

  • amélioration de la performance environnementale des avions [via les technologies aéronautiques à plus faible consommation de carburant, au premier rang desquelles les moteurs d’avions],
  • amélioration de l’exploitation [optimisation des plans de vol, modalités d’atterrissage et de décollage, etc. visant à réduire la consommation de carburant]
  • carburants alternatifs [durables] à usage aérien [moins émetteur de GES].

Par la suite, l’OACI a ajouté deux éléments à ce panier de mesures : le système de compensation et de réduction des émissions de carbone pour l’aviation internationale (CORSIA) en 2016 et la première norme mondiale d’émissions de CO2 des avions en 2017.

 

Les cinq partenaires soulignent qu’au-delà des efforts du secteur de l’aviation européenne, des actions par les décideurs politiques aux niveaux national, de l’UE et international seront nécessaires pour que la vision 2050 des cinq partenaires se concrétise. Ainsi, selon cette vision et sa feuille de route, l’objectif de zéro émission nette de CO2 pour le secteur de l’aviation européenne peut être atteint en 2050 par des efforts coordonnés de la part du secteur et de ces décideurs politiques.

 

Prochaines étapes

Les cinq partenaires de cette initiative appellent la Commission européenne à reprendre leurs recommandations dans le cadre d’un pacte européen pour l’aviation durable, assorti d’un cadre politique, voire législatif, à adopter d’ici fin 2021. Il s’agirait ensuite pour les Gouvernements des Vingt-sept de mettre en œuvre ces recommandations au niveau national.

 

L’initiative européenne RefueEU

Dans sa communication présentant le pacte vert pour l’Europe (European Green Deal), publiée le 11 décembre 2019, la Commission européenne avait indiqué qu’elle étudierait, à partir de 2020, différentes options sur le plan législatif pour stimuler la production et l’utilisation de carburants alternatifs durables pour les divers modes de transport (dont l’aviation). Cette action est une des actions clés reprises dans l’annexe de la communication (qui constitue sa feuille de route pour mettre en œuvre le pacte vert).

 

Dans ce cadre, la Commission a mené une consultation publique du 5 août au 28 octobre 2020 sur une nouvelle initiative intitulée “ReFuelEU Aviation, qui vise à accroître l’offre et la demande de carburants alternatifs durables pour l’aviation dans l’UE. La Commission prévoyait de présenter une proposition de règlement au 4e trimestre 2020 mais elle est toujours en cours de finalisation. La consultation des parties prenantes (entreprises du secteur public et privé, investisseurs, etc.), sur la base d’une étude d’impact initiale (inception impact assessment), s’était déroulée du 24 mars au 21 avril 2020.

 

 

En savoir plus

 

L’objectif de neutralité carbone 2050 du secteur aérien européen

Le 16 novembre 2020, plus de 20 associations représentant le secteur aérien européen ont annoncé un engagement commun de travailler en partenariat avec les décideurs politiques pour atteindre zéro émission nette en 2050. A travers un rapport (Aviation Round Table Report), les représentants du secteur visent à retrouver une croissance post-crise du Covid-19, qui a très fortement impacté l’aviation, qui soit durable et compatible avec les attentes des citoyens. Ils appellent notamment à un cadre législatif européen pour promouvoir les carburants durables pour l’aviation ; accélérer les investissements pour l’innovation (électrification, hydrogène) ; la continuation du cadre du SEQE et du système de compensation des émissions de CO2 de l’aviation, dit CORSIA, mis en place par l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale).

Voir communiqué et rapport.

 

 

Article | UE | Politique, gouvernance, réglementation | Climat et Gaz à effet de serre | CCNUCC/Protocole de Kyoto/Accord de Paris | Transport aérien