CITEPA

Contact
 image

Principaux résultats du Sommet ambition climat 2020 : un nouvel élan vers la COP-26

  • Réf. : 2020_12_b12
  • Publié le: 14 décembre 2020
  • Date de mise à jour: 16 décembre 2020
  • International

Lors du sommet virtuel sur l’ambition climat 2020 (Climate Ambition Summit 2020 – lire notre article sur le sujet), le 12 décembre 2020, organisé par le Secrétaire Général de l’ONU (Antonio Guterres), la Présidence britannique de la COP-26 et la France pour marquer le 5e anniversaire de l’adoption de l’Accord de Paris, 75 dirigeants de pays à travers le monde ont annoncé de nouveaux engagements (ou rappelé leurs engagements récents) via une courte allocution pré-enregistrée. Les annonces ont porté sur un renforcement des objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) sous la forme d’objectifs 2030 et/ou 2050, des contributions nationales (NDC) nouvelles ou mises à jour, de nouveaux plans d’adaptation, ainsi que des engagements financiers par des pays industrialisés en direction des pays en développement.

Lors de son discours d’introduction, le Secrétaire-Général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé les dirigeants de tous les pays du monde à déclarer l’urgence climatique jusqu’à ce que la neutralité carbone soit atteinte, en ajoutant qu’à ce jour, 38 pays l’ont déjà fait, sans pour autant les citer nommément.

Parmi les annonces clés du Sommet :

  • la Chine s’engage à renforcer son objectif 2030 actuel, en visant désormais un objectif de réduction de 65% d’ici 2030 par unité de PIB (soit une réduction de l’intensité carbone et non pas en absolu), par rapport à 2005 (contre l’objectif inscrit ans sa NDC-1 d’une réduction de l’intensité carbone comprise entre 60 et 65% d’ici 2030). En outre, la Chine a indiqué qu’elle a également l’intention d’accroître la part des combustibles non fossiles (énergies renouvelables et nucléaire) dans la consommation d’énergie primaire pour atteindre 25% d’ici 2030 [contre 20% au titre de sa NDC-1],
  • l’UE renforce son objectif de réduction 2030, en le faisant passer d’au moins 40% à au moins 55% (suite à l’accord conclu la veille – lire notre article sur le sujet),
  • parmi les pays s’étant engagés sur des NDC renforcées figurent l’Argentine, Barbade, le Canada, la Colombie, l’Islande et le Pérou. En particulier, la Colombie s’engage sur un objectif de réduction de 51% en 2030 par rapport au scénario tendanciel pour 2030, ce qui constitue une avancée importante par rapport à son engagement précédent inscrit dans sa NDC-1 (-20%), soit un niveau d’ambition plus que doublé),
  • Barbade et les Iles Maldives se sont fixé un objectif de neutralité carbone en 2030 à condition de recevoir un soutien international adéquat. Barbade a également annoncé la fin du recours aux combustibles fossiles en 2030,
  • le Pakistan a annoncé qu’aucune nouvelle centrale de production d’électricité à base de charbon ne sera construite et que d’ici 2030, 60% de l’électricité produite dans le pays sera d’origine renouvelable,
  • le Canada n’a pas annoncé d’objectif 2030 renforcé (objectif actuel de -30% d’ici 2030, base 2005 dans sa NDC-1) mais un plan climat renforcé pour l’atteindre. Parmi les mesures renforcées : une hausse de la taxe fédérale sur le carbone de 15 $ canadiens/tonne/an pour atteindre 170 $ canadiens/tonne en 2030, soit plus d’un triplement du prix qui, au titre de la NDC-1, doit atteindre 50 $ la tonne d’ici 2022,
  • l’Autriche s’est engagée à fournir 100 M€ au Fonds vert pour le Climat (GCF), la Slovaquie 2 M€, le Japon 1,5 milliard (Md) $ (soit le même montant de son engagement précédent), et l’Allemagne 500 M€,

 

Par ailleurs, toujours sur la question du financement, la Présidente en exercice de l’UE, la chancelière allemande Angela Merkel, a proposé de lancer un processus international pour le financement post-2020 en amont de la COP-26. A noter toutefois que la décision 12/CMA.1 adoptée par la Réunion des Parties à l’Accord de Paris (CMA), lors de la COP-24 (2018 à Katowice, Pologne) prévoit déjà la création à partir de 2021 d’un Dialogue ministériel biennal de haut niveau sur le financement climat (à l’instar de celui mis en place sur la période 2014-2020).

Le Président de la COP-26, Alok Sharma, Ministre britannique du Commerce, de l’Energie et de l’Industrie, a dressé un bilan rapide du Sommet : 45 pays ont annoncé des NDC nouvelles, 24 pays ont annoncé d’engagements ou plans pour atteindre la neutralité carbone en 2050 (zéro émission nette) et 20 ont déclaré leur intention de renforcer leurs plans d’adaptation. Certains pays ont même annoncé qu’ils vont aller plus loin, en fixant des échéances plus ambitieuses (Finlande : 2035, Autriche : 2040, Suède : 2045) [NB. ces trois engagements avaient été annoncés avant ce sommet].

 

Enfin, selon les estimations de la CCNUCC, plus de 50 NDC-2 renforcées par rapport aux NDC-1 devraient être formellement soumises d’ici la fin de l’année 2020. A ce jour, 22 (sur 188 Parties) ont été soumises [source : World Resources Institute, NDC Tracker, consulté le 14 déc. 2020].

 

En savoir plus :

 

 

 

 

Brève | International | Politique, gouvernance, réglementation | Climat et Gaz à effet de serre | CCNUCC/Protocole de Kyoto/Accord de Paris | Fiscalité, coûts et économie | Energie/EE/EnR